Deux décrets autorisent l’accès du CAP et du bac pro par blocs de compétences

Les étapes de la vae :

  1. étape 1
  2. étape 2
  3. étape 3
  4. étape 4
  5. étape 5

Deux décrets publiés au Journal officiel du 12 juin 2016 autorisent l’accès des diplômes du baccalauréat professionnel (Décret n° 2016-771 du 10 juin 2016) et du CAP (Décret n° 2016-772 du 10 juin 2016) en blocs de compétences par les candidats de la formation professionnelle continue ou de la validation des acquis de l’expérience (VAE) dès la session d’examen 2016 (Voir notre article).

Ces diplômes professionnels seront donc constitués en blocs de compétences professionnelles et générales dont la maîtrise fera l’objet d’une attestation que les candidats pourront faire valoir dans le cadre d’une poursuite de formation ou à l’égard d’un employeur. De plus, les candidats titulaires depuis plus de cinq ans de cette attestation seront, à leur demande, dispensés de l’obtention de l’unité constitutive de l’examen correspondant. Le décret supprime les minima de durée de formation, période de formation en milieu professionnel non comprise, qui étaient exigés pour se présenter à l’examen.

Ces décrets font suite à l’avis favorable du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) émis lors de sa séance du 25 mars 2016 sur trois projets de décrets relatifs à la reconnaissance des blocs de compétences pour les diplômes évoqués ainsi que le brevet de technicien supérieur (BTS) lorsque ceux-ci sont préparés dans le cadre de la formation professionnelle continue, notamment du compte personnel de formation compte personnel de formation Mesure phare de la loi du 5 mars 2014, le compte personnel de formation (CPF) est un outil de sécurisation des parcours professionnels. (CPF CPF Mesure phare de la loi du 5 mars 2014, le compte personnel de formation (CPF) est un outil de sécurisation des parcours professionnels. ), ou par la VAE.

En effet, dans un rapport sur “l’introduction de blocs de compétences dans les diplômes professionnels” conjoint rendu public en novembre 2015, l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) et l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR) ont analysé « l’opportunité d’intégrer les blocs de compétences dans les diplômes » et envisagé « des modalités d’acquisition progressive de ces derniers, dans un contexte de diversité des voies d’accès et de formation tout au long de la vie ».

Rendre plus sûrs les parcours

Selon le document, l’introduction de blocs de compétences dans les diplômes professionnels viserait notamment à « rendre plus sûrs les parcours pour éviter que toute sortie précoce ne se traduise par une absence de validation de compétences », « assurer la fluidité des parcours entre les niveaux de formation et permettre que les acquis d’apprentissage d’un niveau puissent être pris en compte ou valorisés dans la certification Certification C’est le terme officiel qui recouvre des appellations différentes : diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle. du niveau supérieur ». L’objectif serait également de « permettre et faciliter la mise en œuvre du droit au retour en formation des jeunes gens, notamment ceux qui seraient sans diplôme ».

Ainsi, les auteurs ont-ils préconisé, notamment, d’intégrer les blocs de compétences dans les diplômes professionnels afin de « permettre à tous les élèves d’obtenir un diplôme et de limiter les sorties sans qualification » et d’étendre l’ensemble des blocs à la totalité du métier visé. Selon eux, les relations éventuelles entre les blocs [doivent être] « valorisées et explicitées ». Ils ont jugé nécessaire que les blocs puissent « être validés par le compte de la formation initiale, de l’expérience et de la formation continue ».

L’introduction des blocs de compétences permet donc d’«  ouvrir la validation des acquis à la complémentarité formation initiale, formation continue et validation des acquis de l’expérience ».

Knock Billy
Source : Le quotidien de la formation le jeudi 16 juin 2016