De nouvelles mesures pour la VAE dans le dernier « choc de simplification »

Les étapes de la vae :

  1. étape 1
  2. étape 2
  3. étape 3
  4. étape 4
  5. étape 5

Pour permettre à chacun de se former de manière continue, douze mesures de simplification concernant la validation des acquis par l’expérience (VAE) ont été annoncées par le gouvernement le jeudi 23 mars. La VAE, créée en 2002, s’essouffle depuis quelques années : moins de 20 000 demandes de diplômes ont été adressées en 2015, pour 13 150 validations totales accordées (lire notre article), soit moins qu’en 2010.

Des mesures immédiates

Le parcours de VAE est souvent long et complexe. Pour y remédier, une mesure prévoit d’instaurer un délai de douze mois entre la date de recevabilité et la date de session d’évaluation. Le principe du « silence vaut accord » dans un délai de deux mois devrait s’appliquer à toutes les certifications pour la phase de recevabilité de la candidature de VAE (exception faite des diplômes et qualifications relevant du domaine de la santé).

Pour harmoniser les pratiques, un guide de bonnes pratiques de l’évaluation des candidats sera créé et diffusé. De même, les modules de formation des certificateurs seront mutualisés afin de bénéficier à un plus grand nombre de membres de jury. Un Cerfa unique sera généralisé (n° 12818*01), qui intégrera les dernières évolutions législatives et l’élargissement aux CQP et aux titres professionnels. Ces mesures sont annoncées pour la fin du deuxième trimestre 2017.

Pour diminuer le taux d’abandon en cours de parcours, ceux de validation partielle ou d’échec de validation totale, une étude personnalisée du projet de VAE par le certificateur pourra être proposée en amont du dépôt du dossier de recevabilité (fin 2017).

Des mesures à plus long terme

Pour augmenter le recours à la VAE, une mesure envisage d’expérimenter le recours à un outil d’automatisation de l’orientation vers l’offre la plus adaptée aux compétences, au plus tard en 2018. De la même manière, une expérimentation sera lancée pour mettre en place un dossier de validation dématérialisé par les membres du jury (via un outil collaboratif). Cet outil permettra de donner un avis sur la nécessité de tenir ou non un entretien. Cet entretien, aujourd’hui quasiment systématique, n’est pas obligatoire et alourdit les démarches. Cette expérimentation sera réalisée dans certaines régions, sur le périmètre de quelques branches professionnelles et pour certaines certifications du ministère de l’Éducation nationale.

En faveur de l’accompagnement

Fin 2017, une proposition de financement d’accompagnement sera faite à tous les candidats souhaitant se lancer dans un parcours de VAE en vue de l’obtention d’une certification Certification C’est le terme officiel qui recouvre des appellations différentes : diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle. de niveau IV ou V, l’accompagnement augmentant de vingt-sept points les chances des candidats d’aller jusqu’au passage devant le jury. À la fin du deuxième trimestre 2017, la mise en place d’un référent unique sera expérimentée dans deux régions, pour certaines certifications, sur le périmètre de deux branches professionnelles. Parallèlement, la possibilité de déposer une seule demande auprès de tous les financeurs potentiels sera également expérimentée, dans certaines régions, sur le périmètre de quelques branches professionnelles et pour certaines certifications.

Christelle Destombes
Source : Le quotidien de la formation le mardi 28 mars 2017